L’intégration d’enfants à besoins spécifiques en centres de vacances

« Dans l’intégration, il y a l’intégré, celui qui est différent, et l’intégrant, celui qui est ordinaire »

Au CJLg, nous avons comme but de favoriser l’intégration d’enfants venant de tous horizons. Dès lors, nos centres de vacances favorisent un changement d’habitudes, de rythmes de vie, de cadres de vie et de bien d’autres choses encore, que ce soit pour les enfants porteurs de handicap(s) ou pour les enfants dits normaux mais ayant chacun leur spécificité.

Ces centres de vacances vont dès lors leur permettre de voir autre chose que leur environnement familial ou institutionnel qui peuvent parfois s’avérer un peu trop protecteurs ou trop stricts.
On va leur proposer des activités qui leur sont rarement proposées durant la vie de tous les jours. Ils vont pouvoir expérimenter la solidarité, la rencontre d’autrui. En effet, par exemple, les enfants dits normaux vont avoir l’occasion de s’occuper, d’aider quelqu’un ; ce qui peut leur apporter une certaine valorisation personnelle. Il y aura donc construction d’une relation d’entraide.

De plus, ces plaines ou ces séjours vont favoriser la rencontre de nouveaux camarades, de nouveaux animateurs et ainsi développer des regards différents de part et d’autre. D’une part, cela va permettre à la personne déficiente de relativiser la situation de handicap en se confrontant au regard des autres et en apprenant à communiquer plus. D’autre part, que ce soit pour l’enfant dit normal ou l’enfant porteur de handicap(s), l’expérience va leur permettre de se construire un réseau social plus large et plus diversifié. Ils vont s’ouvrir sur l’extérieur, sur la vie en collectivité,… Par mimétisme, les enfants dits normaux vont stimuler et motiver l’enfant déficient. Celui-ci va pouvoir mobiliser ses potentialités et ses compétences. Il va donc s’enrichir au contact des autres enfants et adultes.

De même, une certaine autonomie va pouvoir se mettre en place à travers les exemples, les attentes ou les exigences spontanées données par les autres enfants mais également par les adultes. Lors de la formation de spécialisation à l’animation d’enfant porteur de handicap(s), les stagiaires ont eu l’occasion de réfléchir aux avantages et aux inconvénients, tant pour l’enfant dit normal que pour l’enfant porteur de handicap(s) (mental, physique ou comportemental), de l’intégration en centre de vacances.

Ce qu’il en ressort, c’est que tant la personne handicapée que celle qui ne l’est pas, doivent profiter de façon maximale et épanouissante de leurs vacances. Pour ce faire, il est primordial d’avoir une connaissance de base des spécificités et des besoins de chaque enfant, handicapé ou non. En effet, ça sera à partir de cette compréhension de chacun que nous allons pouvoir adapter nos activités, la vie quotidienne,…De plus, le centre de vacances, étant adapté mais non spécifique à l’accueil de personnes déficientes, va garantir un environnement riche, varié mais aussi plus exigeant. Cela va permettre à ces enfants de s’affirmer, de dépasser leurs limites. Dès lors, une conséquence probable sera une amélioration de leur image, de leur estime d’eux-mêmes.

En conclusion, l’intégration lors des centres de vacances va contribuer à une amélioration de l’image stéréotypée sur le handicap. En effet, ces lieux sont propices à la découverte mutuelle, à la sensibilisation à la différence. Ils vont permettre une diminution voir une disparition de l’ignorance et de la peur qui sont, le plus souvent, à l’origine du rejet. Dès lors, l’enfant va apprendre à vivre avec la différence, à avoir une attitude plus ouverte envers autrui.

« Si nous voulons réellement, et durablement, contribuer au changement du regard sur les personnes handicapées, il nous faut commencer dès le plus jeune âge, favoriser la rencontre et le partage d’activités entre enfants handicapés et valides ».

Virginie Rogister – Ancienne animatrice-formatrice au CJLg

Loading...